SOCIÉTÉS ET MILIEUX PRÉHISPANIQUES

La création de l’IFEA, en 1948, à laquelle participa Henry Reichlen, (Chercheur CNRS, membre, entre 1947 et 1952, de la mission ethnologique organisée par Paul Rivet dans le nord du Pérou), a marqué un tournant pour l’archéologie française dans les Andes.

Plusieurs grands projets de fouilles ont marqué l’histoire de l’institution, liée à la période préhispanique ou, moins fréquemment, aux débuts de l’ère coloniale. L’histoire politique troublée du sous-continent à certaines époques et dans certaines régions a entravé ces recherches qui sont souvent menées loin des villes, même loin des axes de la communication. Les thématiques de recherche ont pendant les premières décennies été centrées sur les rapports des sociétés préhispaniques avec les milieux, comme par exemple les processus de domestication animale ou l’utilisation des animaux de bât, la pêche, le maniement de champs surélevés, etc. ; sur les technologies employées dans les constructions, (peintures murales, céramiques, etc.) ; ainsi que sur les dynamiques territoriales et schémas d’occupation.

Actuellement les recherches se concentrent sur la compréhension des évolutions climatiques de long terme et des adaptations des sociétés à ces changements, d’une part ; sur les relations entre groupes humains partageant ou occupant successivement un même territoire et sur les échanges multiculturels, d’autre part. Les recherches de l’IFEA intègrent pour traiter de ces différents thèmes les avancées technologiques contemporaines, à partir de l’utilisation de l’archéométrie, de la dendrochronologie, des images satellite et aériennes (drones), des Systèmes d’information géographique (SIG), de la bio archéologie, entre autres.

Les projets de l’IFEA sont menés en partenariat avec des universités et institutions de recherche françaises et des pays andins (UNMSM, PUCP, UNI, ICANH, Universidad de Tarapacá, Universidad de Piura).
Systématiquement et de plus en plus, les étudiants sont associés à ces travails et des ateliers de formation ont été organisés en archéométrie ou sur l’utilisation de scanners 3D pour l’étude des artefacts, en collaboration avec le ministère de la Culture péruvien et le musée du quai Branly-Jacques Chirac. Les projets de recherche intègrent aussi des dimensions de protection du patrimoine matériel découvert et d’implication des populations locales dans les actions de sauvetage et préservation.

 

PROGRAMMES ASSOCIÉS À L’IFEA

 

1 500 ans de dynamique culturelle dans le nord du Pérou : passé et présent de céramique paleteada

À partir de la technologie céramique et l’ethnoarchéologie la recherche aborde les contacts entre les groupes implantés sur le territoire aujourd'hui situé entre le nord du Pérou et le sud de l'Équateur, dès l'Horizon Moyen.
Le programme est soutenu par le UMR 7055 Prehistoria y Tecnología (CNRS/ Université de Paris Nanterre) et la bourse de financement anuel de la Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie de Nanterre (appel 2019/2021).
Responsable: Catherine Lara (IFEA); chercheurs associés: Gabriel Ramón (PUCP), Nicolas Goepfert (UMR8096 ArchAm - CNRS / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Belkys Gutiérrez, Segundo Vásquez (Universidad Nacional de Trujillo), Ioannis Iliopoulos (Universidad de Patras, Grecia).

Programme archéologique Désert de Sechura

Responsable: Nicolas Goepfert, directeur de recherche CNRS et chercheur associé et Belkys Gutiérrez - Universidad nacional de Trujillo

Projet «Ánimas Altas, Ica, Perú»

Responsables: Aïcha Bachir Bacha, Laboratoire Mondes Américains/Cerma EHESS/CNRS/UMR 8168 et chercheuse associée et Oscar Daniel Llanos Jacinto - EHESS

Programme ANR Camelandes

Responsables: Nicolas Goepfert, directeur de recherche CNRS et chercheur associé y Élise Dufour - CNRS et Muséum national d’Histoire naturelle, UMR 7209

Projet Archéologie et paléoenvironnement du Rio Guaquira-Tiwanaku (Bolivie)

Responsable: Marc-Antoine Vella, chercheur associé à l’IFEA.

 

© N. Goepfert